Mont Beuvray, Bibracte

Mont Beuvray et Bibracte

Celtitude Mitterrandienne,

suite et fin

Bien avant le Congrès d’Epinay, et encore davantage celui de Tours, il y eut un programme commun de la gauche à Bibracte. François Mitterrand tint à saluer cette union des peuples autour de Vercingétorix. Des Gaulois enfin fédérés pour faire la guerre à de Gaulle, 1969 ans après J.-C et dix-sept ans avant l’autre J.C., Jacques Chirac. Ou bien était-ce Jules César? Je ne sais plus. François Mitterrand avait l’art de tout compliquer. Il aurait dit « J.C. ? J’y reste! » et des spécialistes ésotériques ont déterminé qu’après l’alignement Arche de la Défense, Arc-de-Triomphe, Pyramide du Louvre, il fallait voir le symbole du passage à vide des socialistes dans le nouvel alignement Tunnel sous la Manche – Bibracte – Tunnel du Mont-Blanc. Alien Theory n’a pas encore fait de sujet sur ce mystère, mais les Eduéens ont finalement eu la même durée de vie que les socialistes après le Congrés de Tours de 1921. Moins d’un siècle.

Le mont Beuvray, Bibracte
Le mont Beuvray, Bibracte

Le mont Beuvray, 821 mètres, fait partie du massif du Morvan, en Bourgogne-Franche-Comté. Il se trouve sur les communes de Saint-Léger-sous-Beuvray, de Glux-en-Glenne et Larochemillay, et sur deux départements, la Nièvre et la Saône-et-Loire. Son sommet correspond à l’ancien oppidum gaulois de Bibracte, capitale des Éduens.

Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte

Bibracte ou l’histoire de la cité connue, mais perdue, que l’on croyait existante sous l’oppidum d’Autun, dans un premier temps, puis enfouie sous les arbres et les broussailles au cœur du Morvan et sur l’un de ses plus hauts monts : le Mont Beuvray. Et, en tout premier lieu, bienvenue sur un site naturel peuplé d’arbres biscornus, de légendes et de druides.

Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte

Bibracte signifierait le Mont aux castors, référence à sa double fortification qui constitue aujourd’hui l’un des nombreux circuits proposés : grands remparts (5,5 kms) ou remparts restreints, érigés postérieurement. L’occasion d’en savoir davantage sur la fortification gauloise, mélange de pierres et d’ossatures complexes en bois.

En 58 et 52, Jules César affirme dans ses Commentaires de la Guerre des Gaules, que Bibracte est de beaucoup la plus grande et la plus riche ville des Eduéens. En matière d’oppida, Jules César commence à disposer de quelques références, y compris sur les itinéraires à emprunter en terres gauloises.

Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte

La détermination de l’emplacement précis de Bibracte est due aux recherches de l’historien Jacques Gabriel Bulliot. En 1851, contre l’avis de ses pairs -et près de 1 800 ans après la disparition de la cité-, il affirme connaître cette localisation à l’occasion d’une étude menée sur la christianisation du peuple éduéen autour de la chapelle Saint-Martin du Mont Beuvray. Napoléon III étant grand amateur des batailles de la Guerre des Gaules, la découverte de Bibracte est encouragée. Le neveu de Bulliot, Joseph Déchelette, lui emboîtera le pas jusqu’en 1905.

Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte

Sous le parking du Musée de Bibracte, une nécropole a été découverte lors de l’édification du monument actuel. Des urnes funéraires et des sites de crémation ont été mis au jour près des remparts et sur un périmètre d’un hectare et demi. La « basilique » est le monument d’ampleur qui caractérise le site. Jusqu’en -30 avant J.-C., le bâtiment comprend trois nefs à péristyle interne avec un déambulatoire extérieur représentant quatre rangées de huit colonnes. Deux places concourent à rendre l’édifice encore plus imposant. Vers -25 avant J.-C., la « basilique » et les places sont arasées en vue d’ériger une grande demeure privée, certainement contemporaine au départ des éduéens vers la nouvelle capitale implantée à Autun.

Sur l’axe principale de la ville se situe un bassin, dont les canalisations n’ont pas encore été situées. Il se trouve aux abords des réserves de céréales et de caves à vin. L’eau, c’est la vie et le site comporte pas moins de dix sources dont certaines ont été exploitées, y compris en vue de nettoyer les canalisations qui courent parfois au cœur des bâtiments gaulois. A défaut de mon regard, si vous suivez mon doigt, vous découvrirez l’une de ces rigoles qui m’a fait sourire en écrivant ce billet.

Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte

Mention particulière pour la villa gauloise, quasi villa romaine, dont les proportions sont imposantes… et évaluables grâce à l’application de réalité augmentée qui rythme la visite.

Le Parc aux Chevaux comprend des maisons en pierre romaines d’un très grand intérêt puisque Bulliot y retrouve les stigmates de constructions anciennes en bois (beaucoup plus difficiles à découvrir lors de fouilles archéologiques en raison de la décomposition) et un système avancé de tout-à-l’égout.

Le quartier artisanal de la Côme Chaudron et du Champlain ont révélé un quartier complet voué au travail des métaux et aux ateliers de fonderie. La Chaume constitue l’un des sites actuels concentrant le plus les recherches, car sa destination demeure pour l’instant assez mal connue.

Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte

Au fond, on trouve de tout à Bibracte. Il suffit de chercher, fouiller, avancer des hypothèses.

Les curieux seront comblés et les spécialistes n’auront pas fini de s’interroger sur cette cité éphémère dont l’épicentre a évolué au fil des recherches. Le fait que François Mitterrand l’érige en Grand site national, après l’engouement que lui avait porté Napoléon III, est un atout majeur pour le site et son centre international de recherches.

Bibracte demeure un mystère, où toutes les hypothèses restent possibles. De là à se trouver inspiré pour y dénicher le trèfle à quatre feuilles, il n’y a qu’un pas à franchir…

Mont Beuvray, Bibracte
Mont Beuvray, Bibracte

Et après toutes ces émotions, un petit tour chez Francis Salamolard, l’Auberge de l’Âtre, au cœur du Morvan.

MONT BEUVRAY, Bibracte, MORVAN 58 et 71

Toutes les images ou vidéos qui ne sont pas de ma production vous emmènent directement vers leur site hébergeur par simple clic. Une occasion supplémentaire d’être curieux et d’en apprendre bien davantage sur le sujet traité ici!

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.