Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre

L’exposition Léonard de Vinci

Résolument moderne 😉

Il faut de la patience. Beaucoup de patience. Une certaine passion pour l’apnée. Enormément. Et si vous longez adroitement les murs, en ayant pris soin de respecter votre créneau horaire de visite, cette exposition présentée par le Louvre, à l’occasion du 500e anniversaire de la disparition de Léonard de Vinci, vous enchantera !

L’allusion à Toulouse-Lautrec, résolument moderne, l’autre exposition à voir absolument au Grand-Palais ne vous aura pas échappée. En effet, vous y trouverez, à quelques siècles d’écart, bien des similitudes :

  • la répétition des gestes
  • l’ouverture aux sciences et aux arts contemporains
  • l’inachevé

Toutefois, il s’agit de Léonard de Vinci et les émotions sont assurées à la puissance mille. L’exposition développe quatre thèmes et autant de voyages du maître sur l’ombre, la lumière, le relief, puis la liberté, la science et enfin la vie.

Lionardo di Ser Piero da Vinci est né le 15 avril 1452 près de Florence et, bien avant de devenir le maître incontesté de la Renaissance Italienne, il sera d’abord l’élève du sculpteur Andrea del Verrocchio. Tout naturellement, l’étude du mouvement et des draperies conduit Léonard de la sculpture vers la peinture. Les draperies issues de la collection de Jabach, collectionneur du XVIIe siècle, passionné par les écoles italiennes, en témoignent :

Ces études ont souvent été attribuées à Poussin ou bien encore à Dürer, artiste connu pour sa Vierge à l’enfant, exécutée à la plume et encre noire. L’étude du mouvement se retrouve également dans le plus vieux dessin de De Vinci, Paysage de la vallée de l’Arno, où l’artiste tente de saisir le mouvement de la grande chute d’eau ou le frémissement des feuilles.

Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre Paysage de la vallée de l'Arno, 1473
Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre Paysage de la vallée de l’Arno, 1473

Le temps de l’exposition, la réflectographie infrarouge s’invite à la contemplation avertie du visiteur. Reconnaissons-le, le dépouillement des couleurs vous permettra parfois de trouver un trait particulier du génie, sans pour autant révolutionner votre visite, car les Beaux-Arts ont pu ne pas faire l’objet de votre cursus scolaire. Ici, l’Annonciation, attribuée à Léonard de Vinci et à l’atelier de Verrocchio vers 1470-1474, où le trait du peintre se révèle méticuleux et très précis. Léonard peut revenir sur son travail durant quinze ans tout en le laissant inachevé, c’est en partie ce que révèle cette technique par infrarouge.

Dix années ont été nécessaires pour rassembler les différentes pièces, 179 au total, dont ce Christ et Saint-Thomas de Verrocchio.

Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre Le Christ et Saint-Thomas de Verrocchio 1467-1483
Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre Le Christ et Saint-Thomas de Verrocchio 1467-1483

Une statue en bronze de 2,30 mètres qui ornait l’une des quatorze niches extérieures des murs de l’église de l’Orsanmichele de Florence, avant d’intégrer le musée du Bargello.

Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre Le Christ et Saint-Thomas de Verrocchio 1467-1483
Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre Le Christ et Saint-Thomas de Verrocchio 1467-1483

L’exposition montre également de nombreuses créations contemporaines d’autres artistes évoquant l’époque troublée que traverse Léonard de Vinci au travers ses voyages entre Florence, Mantoue, Milan, Venise, Rome et la France.

Ainsi, Hans Memling et son Portrait d’homme tenant un sesterce à l’effigie de Néron, huile sur bois, 1470-1474 venant du musée d’Anvers :

Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre Hans Memling et son Portrait d'homme tenant un sesterce à l'effigie de Néron, huile sur bois, 1470-1474
Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre Hans Memling et son Portrait d’homme tenant un sesterce à l’effigie de Néron, huile sur bois, 1470-1474

Le maître a peint vingt tableaux majeurs dans sa vie et onze toiles sont présentées au Louvre à l’occasion de cette commémoration comme le Salvator Mundi ou Le Sauveur du monde, vendu 450 millions de dollars chez Christie’s en novembre 2017. Au-delà des polémiques -qui du disciple, Bernardino Luini, ou du maître se trouve à l’origine de ce tableau?-, force est de constater que l’engouement pour Léonard de Vinci reste intact, y compris quand un prince saoudien décide d’enchérir avant que le tableau ne disparaisse. Ici la version Ganay, c’est-à-dire une version reconnue comme émanant de l’atelier de De Vinci. Le Louvre avait refusé son acquisition en 1999, car le musée attribuait la paternité à Marco d’Oggiono, un disciple de Léonard.

Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre Salvator Mundi 1506-1513
Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre Salvator Mundi 1506-1513

Les musées du monde entier sont au rendez-vous de cet événement exceptionnel, comme celui de l’Ermitage Saint-Pétersbourg qui a prêté la Vierge à l’enfant dite Madone Benois, commencée en 1478 et… inachevée. Ce tableau était considéré comme perdu, mais en 1909 Léon Benois expose cette toile qui est sans doute la première de l’artiste, en marge de sa participation à l’atelier de Verrocchio.

La Madone à l’œillet est l’œuvre de Léonard qui rappelle le plus son inspiration originelle sortie de l’atelier de Verrocchio, datée de 1473, et prêtée par l’Alte Pinakothek de Munich.

Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre Madone à l'œillet 1473
Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre Madone à l’œillet 1473

La démonstration principale de cette exposition, dont les commissaires sont Vincent Delieuvin et Louis Frank, est que De Vinci se réalise dans sa peinture, au sens où toutes ses découvertes scientifiques et ses études trouvent leur aboutissement visuel dans cet art. Et un art, ça se travaille !

Paris et Rome ont même bataillé ferme, diplomatiquement parlant, pour obtenir ce prêt en provenance directe de la Galerie nationale de Parme : Tête de jeune femme dite La Scapiliata (L’échevelée)

Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre
Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre

Le sfumato, c’est une technique qui estompe les contours et les détails. Elle s’exprime parfaitement dans le Saint Jean-Baptiste qui annonce la venue du Christ, semblant entrer dans la lumière avant de retourner dans l’ombre…

La Sainte-Anne ou Sainte-Anne, la Vierge et l’enfant Jésus jouant avec un agneau est l’un des cinq tableaux de Léonard de Vinci appartenant au Louvre. La Dame à l’hermine est l’un des quatre portraits féminins exécutés par le peintre, mais résolument le plus moderne par son côté « saisi sur le vif ». La Pologne en est la propriétaire depuis le rachat, estimé à près de 250 millions d’euros, à la fondation Czartoryska. Ce portrait de Cécilia Gallerani, qui aura une aventure avec le duc de Milan qui fut décoré de l’Ordre de l’hermine, a été commandé à Léonard et restera en possession de la belle jusqu’en 1536. Aucune trace du tableau durant les trois siècles suivant, jusqu’à l’acquisition, en 1800, en Italie, par le prince Adam Jerzy Czartoryski .

La Belle Ferronnière 1495-1497, choisie pour illustrer cette exposition, frappe immédiatement l’esprit par sa proximité d’exécution avec Cécilia.

Comme toute exposition conséquente, et celle-ci constitue un véritable exploit en sus, il est quasi-impossible de s’arrêter longuement sur l’analyse de chaque pièce. Toutefois, aucune ne vous laissera indifférent !

Et si nous évoquions les sciences ? Au fond, le Louvre n’est-il pas l’endroit parfait pour évoquer les observations et autres calculs savants de Léonard ?

Enorme rassemblement de documents grattés par la plume de Léonard de Vinci ! Sans doute la plus grande émotion à vivre lors de cette exposition. Si en plus, vous avez la chance de porter un miroir sur vous…

Bien entendu ! Vous êtes également venu pour lui : l’Homme de Vitruve. Constatez que l’étude du reflet du soleil sur la mer, ce n’est pas mal non plus.

Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre
Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre

L’exposition sur Léonard de Vinci est une excellente idée de balade parisienne au Louvre et elle se joue à guichet fermé jusqu’en février 2020.

L’ombre du maître plane dans toutes les salles et il vous salue au clap de fin.

Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre
Léonard de Vinci 1452 1519 Le Louvre

LEONARD DE VINCI 1452-1519 LE LOUVRE rue de Rivoli 75001 PARIS

Toutes les images ou vidéos qui ne sont pas de ma production vous emmènent directement vers leur site hébergeur par simple clic. Une occasion supplémentaire d’être curieux et d’en apprendre bien davantage sur le sujet traité ici!

Une réflexion sur “L’exposition Léonard de Vinci

Les commentaires sont fermés.