Chez Jenny à Paris

La Taverne Alsacienne

Once upon a time, la choucroute. Il était une fois, sauerkraut. Et, une fois n’est pas coutume : 一次一次,酸菜

En route pour le troisième arrondissement de Paris et le boulevard du Temple, et à quelques jours de votre déjeuner dominical chez la belle-mère, la colle du mercredi soir : combien de grands boulevards à Paris ? Onze ! Madeleine, Capucines, Italiens, Montmartre, Poissonnière, Bonne-Nouvelle, Saint-Denis, Saint-Martin, Temple, Filles-du-Calvaire et Beaumarchais s’il vous plaît. Jadis lieu de fêtes et de théâtres, l’agrandissement de la place de République a donc métamorphosé ce boulevard situé dans le quartier du Marais.

Chez Jenny, c’est la brasserie alsacienne par excellence. L’histoire a commencé en 1931. Jenny n’est pas le prénom de la propriétaire, mais le patronyme de Robert Jenny, traiteur alsacien qui a eu l’idée de … génie de transformer le succès de son stand tenu lors de l’Exposition coloniale de 1931 en restaurant. Weinstub est le nom alsacien du bar à vins et à bières, cher à l’Alsace et à Strasbourg. En 1932, c’est l’installation au 30 du boulevard, près du théâtre Dejazet et pas très loin de l’Alhambra, de la Bourse du Travail … et des manifs qui donnent faim à l’aller comme au retour.

Chez Jenny, la Brasserie Alsacienne de Paris depuis 1932
Chez Jenny, la Brasserie Alsacienne de Paris depuis 1932

Je ne vais pas plagier toute la jolie et instructive plaquette que vous pourrez obtenir, comme moi, auprès de l’un des membres de cette belle équipe de chez Jenny. Toutefois, mon avis compte double, car j’ai eu l’occasion d’y passer en solo et en famille. La première fois, installé en table single, je me suis retrouvé à côté d’un journaliste de l’AFP et nous nous surprendrons, sur le tard, à deviser choucroute, vins et bières. Que faisait-il ici ? Savait-il ce que j’y faisais moi-même ? Peu importe, l’excellent Pinot noir alsacien nous mettra d’accord : c’est vachement bon, chez Jenny !

On m’avait dit, c’était très bien, et bien c’est mieux!

Michel Galabru n’avait pas tort, car ma deuxième visite fut encore plus mémorable.

Méfiez-vous des brasseries alsaciennes ! Au début, on y vient pour la choucroute, mais une fois la carte en mains… on se la jouerait bien gargantuesque. Et pourquoi ne pas commencer par une douzaine d’huîtres ? Comment ça pas assez Alsacien ? Et le gouleyant Riesling ou le coquin Pinot blanc, tu crois quand même pas qu’ils viennent de la mer, non ?!

Outre l’art culinaire poussé à l’excellence, loin de la bistronomie parfois prétentieuse, c’est aussi un bout de province qui s’invite en plein Paris. On se sent comme chez soi, grâce au décor magnifique et aux marqueteries talentueuses de Charles Spindler et autres boiseries d’Albert Erny. Spindler se verra confié certains tableaux pour le paquebot Queen Mary. N’hésitez pas à vous perdre dans les salles ! La salle dite de Colmar vaut le détour.

Non, la choucroute n’est pas calorique ! Et après tout, faites-vous plaisir avec des mets qui ont fait la réputation de l’établissement et qui la maintiendront pour quelques siècles encore. Fraîcheur, gourmandise, amitié et bon vivre ensemble sont au rendez-vous de la maison. Entre 40 et 50 euros à la carte, on est le Roi et à partir de 14 euros et quelques le menu, on est reçu comme un Prince. Il ne vous reste plus qu’à choisir le bon hôtel sans vous tromper

Et si je vous ai donné envie d’en savoir plus, c’est juste ici :

Chez Jenny le site internet

CHEZ JENNY, 39 boulevard du Temple 75003 PARIS, 01.44.54.39.00

Toutes les images ou vidéos qui ne sont pas de ma production vous emmènent directement vers leur site hébergeur par simple clic. Une occasion supplémentaire d’être curieux et d’en apprendre bien davantage sur le sujet traité ici!

Une réflexion sur “Chez Jenny à Paris

Les commentaires sont fermés.