Et soudain, une milonga illégale à Paris.

Ce n’est donc ni le Moulin-à-Vent ni l’ivresse des lieux qui m’ont fait entendre la Lambada en sortant du Café de la Paix à Paris. D’ailleurs, ce n’était pas la Lambada non plus, mais une milonga. Illégale, en plus.

Bailar y corer. Et courir vite aussi, parfois. De la Galerie Vivienne quand il pleut à la Pyramide du Louvre ou, comme c’est le cas ici, sur le parvis de l’Opéra de Paris, le concept est génialement révolutionnaire, anar, « Millégales » comme les appellent certains aficionados.

De quelques-uns en 2009 à quelques centaines aujourd’hui, ces danseurs confirmés de tango envahissent ces endroits insolites pour danser et vivre leur passion. Pour certains, c’est l’occasion de passer leur musique préférée plutôt que de subir celle des autres, pour d’autres c’est un moment rare et sensuel de communion profonde autour d’une passion commune.

Loin du concept de fête des écoles (de danse) ou d’un rendez-vous Meetic (« Venez comme vous êtes »), j’ai trouvé ce site qui recense, avec une carte interactive s’il vous plaît, tous les événements autour de la pratique du tango et de son apprentissage partout en France :

Tango Argentin

Toutes les images ou vidéos qui ne sont pas de ma production vous emmènent directement vers leur site hébergeur par simple clic. Une occasion supplémentaire d’être curieux et d’en apprendre bien davantage sur le sujet traité ici!

2 replies to “Et soudain, une milonga illégale à Paris.

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star